mar.
29

Souvenirs de punitions

Par Georges dans la catégorie Georges

Mots clés:

Avant la guerre, Je me souviens à l’école:

Un jour, sans le vouloir, en classe, j’avais sali mon cahier avec l’encre de mon encrier. En plus, avant de fermer mon cahier, je n’ai pas utilisé mon buvard. Quand le maitre avait vu ça il a dit :

« Mais qu’est ce que c’est que ça!? Essayez de travailler plus proprement! Je pense que je vais vous tirer les oreilles! Georges, le bonnet d’âne! »
 J’avoue que ce n’était pas agréable de se faire crier mais encore moins de porter le bonnet d’âne.
 « Aaahaaah!!!!! » Quand j’entendais les autres rigoler, je voulais tous leur faire du mal. Mais je n’étais pas le seul. Mon ami Paul n’était pas mieux que moi :
« Mr Vermoulu, qu’est ce que c’est que  cette tenue en écrivant ? Tenez-vous mieux que ça. Je vais vous mettre ce livre sur la tête pour que vous puissiez savoir ce que c’est que de se tenir droit! »
Et BAM ! Le livre est tombé et tout le monde s’est  moqué de lui.
« Taisez-vous ou vous copierez cinq cents lignes !!! »
Parfois, le maitre criait beaucoup. Je ne l’ai pas dit à la maison, sinon mes parents m’auraient encore plus puni.
Malgré tout cela, l’école me manque quand même.
 Je me demande ce que font mes copains…

 

lun.
28

Les videurs de trains

Par Georges dans la catégorie Georges

Mots clés:

Pendant que je suis à la maison, mes frères vident tous les trains qui viennent d’entrer dans la gare. Ce sont des travaux obligatoires. Ils doivent travailler pour les allemands.Le travail de mes frères

dim.
20

Le travail obligatoire

Par Auguste Poncelet dans la catégorie Auguste Poncelet

le 20 juin 1915
Cher Auguste,
les jeunes filles devaient semer munies de casseroles et d’ustensiles métalliques pour chasser les corbeaux.
Nous cueillons les orties pour en faire des cordages.

(suite…)

ven.
28

Mes frères travaillent à la gare

Par Georges dans la catégorie Georges

Mots clés:

Yves Congar (17)Mes frères m’ont raconté leur travail. Les allemands ont failli fusiller un Sedanais.

Je crois que c’est parce qu’il ne travaillait pas assez vite.

lun.
24

Lettres et dessins

Par Auguste Poncelet dans la catégorie Auguste Poncelet

jeu.
20

Le matériel

Par Georges dans la catégorie Georges

Mots clés:

Avant la guerre, je me souviens, à l’école:

 
Tous les matins, nous devions nous asseoir en face de notre pupitre. Le maître était toujours beaucoup plus grand que nous car il montait sur l’estrade. Il écrivait sur le tableau noir notre leçon, avec la craie carrée. Nous devions ouvrir notre pupitre pour prendre notre cahier, notre porte plume et notre plume, la tremper dans l’encre pour recopier la leçon. Et surtout ne pas oublier le buvard.
 
Dans la classe nous avions un poêle à bois. Il nous servait à réchauffer la classe quand il faisait froid. Tous les matins nous y mettions du bois.
 
Un enfant de service  le remplissait, mais le maitre surveillait.
J’aimais bien l’école…
jeu.
20

Les médicaments manquent

Par Georges dans la catégorie Georges

Mots clés:

Je suis chez moi et ça fait longtemps que je n’ai plus vu mes amis. Je ne peux plus aller faire les courses, parce que les Allemands sont partout. Si je sors, je vais me faire contrôler. Les Allemands sont chez nous, ils vont tout nous voler : notre nourriture, les animaux domestiques et tous nos besoins pour vivre. On a plein d’autres soucis: on doit payer pour les Allemands, c’est une catastrophe. Mon copain Paul est très malade, il n’a pas de médicaments car les Allemands lui ont tout pris. 

Moi, je suis très effrayé je crois que Paul est encore plus  effrayé  que moi.
mer.
19

Souvenirs d’école

Par Georges dans la catégorie Georges

Mots clés:

Avant la guerre, je me souviens, à l’école, j’aimais le calcul mental.

Dehors, en récréation, dans notre cour il y en avait qui jouaient aux bilboquet, aux billes. Moi et mon copain Mathéo, on jouait à cache cache ou au foot. Un garçon était sorti avec un bonnet d’âne pendant toute la récréation.

Quelqu’un l’avait poussé et il était tombé. Tout le monde s’était moqué de lui.
Moi et mon copain sommes allés à côté pour le relever. Le maître lui avait dit: « Va te laver les mains ».
Ensuite il avait fait sonner la cloche, nous sommes rentrés.
Moi un jour, j’ai porté le bonnet d’âne, ce n’est pas drôle!
mar.
18

L’église détruite

Par Georges dans la catégorie Georges

Mots clés:

La jolie église du Font de Givonne… Elle était belle…

Yves Congar (7)

dim.
16

Les punitions et les récompenses

Par Georges dans la catégorie Georges

Mots clés:

Avant la guerre, je me souviens, à l’école:

 On arrivait en classe, on s’asseyait et on écrivait la leçon de morale. Mais Louise a fait un gros pâté alors le maître lui a dit: « Au piquet et mets le bonnet d’âne! Tu n’as pas utilisé ton buvard! »

Alors tout le monde s’est moqué d’elle. Elle se sentait honteuse. Par contre, quand on réussissait  un exercice, on  avait des bons points  et quand on avait dix  bons points, on avait une petite image et quand on avait 10 petites images, on avait une grande image!

Voilà les punitions et les récompenses de mon école. 

ven.
07

les Allemands à Sedan

Par Georges dans la catégorie Georges

Mots clés:

Aujourd’hui, les bagnards vont aller ramasser les métaux . Les allemands les réquisitionnent avec les animaux, le pain, les pommes de terres.

Le chien du voisin a dû être tué par son propre maitre, sinon ils auraient payé une grosse amende aux allemands.

Ils font vraiment tout pour nous faire du mal.

ven.
07

Notre église détruite

Par Georges dans la catégorie Georges

Mots clés:

Les maisons sont détruites et les églises aussi. Nous n’avons plus rien à manger à cause des Allemands qui ont pris notre nourriture. Tout est détruit. C’est dure la vie ici.

 

Les églises détruites

Les églises détruites

sam.
01

L’éducation physique

Par Georges dans la catégorie Georges

Mots clés:

Je me souviens, à l’école…

Nous avions froid dehors, pourtant, c’était le cour d’éducation physique.

Mon maître nous a demandé de faire des échauffements et des tractions dehors et cela, nous devions le faire sous la pluie.  Marie monta à la corde en robe, mais elle se brûla les jambes.

Un autre tomba de la poutre et se fit mal à la tête car nous n’avions pas de tapis.

Quand je suis rentré chez moi, mes parents m’ont crié car j’étais  tout sale.
ven.
30

Mort d’un prisonnier

Par Georges dans la catégorie Georges

Mots clés:

La route est triste , je vois des Allemands amener des prisonniers quelque part . Ils ont vraiment faim même qu’un prisonnier est mort à cause de ça, ça me rend triste de voir ça .Les prisonniers

dim.
04

Nos uniformes

Par Auguste Poncelet dans la catégorie Auguste Poncelet

4 avril 1915
Chère mère,
je voudrais te parler de nos uniformes.

(suite…)

mar.
30

Mon école autrefois : les punitions et récompenses

Par Georges dans la catégorie Georges

Mots clés:

Avant l’arrivée des Allemands, à l’école, je me souviens :

Nicole avait dit à Jean : Je vais faire le bazar aujourd’hui!

Le professeur qui avait entendu, a répondu:

-Nicole, viens là.
-Mais pourquoi ? dit-elle.
-Mets le bonnet d’âne!
Elle l’avait mis et elle avait été au coin, elle devait écrire cent fois « Je ne dois pas déranger la classe. »
Jean, lui, avait eu trois bons points, il était très content. Le maitre l’avait félicité.
Gérard, lui, en avait dix maintenant! Il était très fier car il avait eu une  image de géographie. Moi aussi j’avais reçu une image, mais moins belle.
Alors je lui avais proposé :
-On échange nos cartes?
-Non!
-D’accord » répondis-je, déçu.
Tant pis pour moi….
La cloche avait sonné et je suis parti manger : j’avais apporté du pain dans ma gamelle en fer, et un peu de fromage.

 

dim.
28

La récréation

Par Georges dans la catégorie Georges

Mots clés:

Avant que la ville soit envahie, à l’école, je me souviens :

Le maître  nous avait dit qu’on pouvait aller en récréation. Ma meilleure amie avait gardé le bonnet d’âne et ses fautes accrochées dans le dos. Après que mes camarades en ont eu assez de se moquer d’elle, je suis parti la consoler. Alors, je lui avais proposé de jouer aux billes tous les deux. En récréation, j’avais joué au lance pierre, au bilboquet, au cerceau, aux billes, au loup glacé et au pistolet.

On n’avait que 20 minutes de récréation pour jouer et après le maitre nous avait demandé de rentrer.
Aujourd’hui, nous continuons d’essayer de survivre aux envahisseurs. L’école me manque…
sam.
27

Le poêle à bois de notre classe

Par Georges dans la catégorie Georges

Mots clés:

Avant la guerre,  je me souviens, à l’école, j’aimais le calcul mental.

Les élèves, était rentrés en classe, et ils avaient dit bonjour. Ils avaient fait tellement froid ! Alors le maitre avait allumé le feu dans le poêle.

Sylvie lui avait alors dit:

– J’ai froid!

–  C’est normal : il faut que le bois commence à chauffer pour qu’il y ait de la chaleur dans la classe, le maitre avait répondu, ça va venir.

Et c’était tous les matins comme ça!

 

 

 

jeu.
25

La ville de Sedan et la faim

Par Georges dans la catégorie Georges

Mots clés:

Yves Congar (17)Les Allemands nous volent la nourriture et nous n’avons plus de pain. Ils prennent des otages pour de l’ argent : la papa de mon copain est parti avec les allemands et il ne reviendra que si sa famille donne de l’argent à ces boches.

lun.
15

Les allemands viennent vider les maisons

Par Georges dans la catégorie Georges

Mots clés:

Aujourd’hui les Allemands sont venus chercher toute notre nourriture et notre métal. Ils réquisitionnent tout, nous n’avons plus rien. Il faut se débrouiller comme on peut.

Yves Congar (8)

sam.
06

Les mains sales

Par Georges dans la catégorie Georges

Mots clés:

Avant la guerre, je me souviens:

Un jour notre maître nous a demandé de montrer nos mains mais j’avais les mains sales. Il m’a mis un coup de règle. Les autres avaient les mains propres.

Ensuite nous sommes montés en classe. J’ai travaillé avec une plume mais j’ai fait un gros pâté. J’ai eu le bonnet d’âne et tout le monde s’est moqué de moi.

A midi, on est allés dehors pour manger. Mais j’avais oublié mon pique-nique. Un garçon et une fille ont partagé leur repas avec moi (du pain, de l’eau, du chocolat et du jambon).

Ce n’était pas un très bon jour pour moi.

 

 

lun.
25

Le quartier Mac Donald

Par Georges dans la catégorie Georges

Mots clés:

 

Le centre Mac Donald

Le centre Mac Donald

De nombreux sedannais, de 16 à 20 ans sont obligés d’aller à Mac Donald pour qu’on leur attribue un travail.

 

mer.
20

Une matinée d’école

Par Georges dans la catégorie Georges

Mots clés:

 

Avant la guerre, je me souviens, à l’école: nous étions vendredi 20 mars 1915 et il y avait une nouvelle leçon de morale.

« Quelles sont vos responsabilités ? » a dit monsieur le professeur.
Maintenant écrivez vos réponses sur votre cahier et sans pâté, s’il vous plait.
– D’accord monsieur le professeur », ont répondu toute la classe avec joie.
Nous finissions notre leçon de morale et nous pouvions sortir en récréation.
Nous avons joué au bilboquet, au renard passé, aux osselets. La récréation finie, nous rentrions et nous passions aux mathématiques où j’ai eu un A comme mon copain Sabaly. Ouf ! J’étais content de cette journée.
Il n’y avait pas école le samedi après-midi, alors j’allais joué avec mes copains… Mais là, je ne sais pas ce qu’ils font, ni même s’ils vont bien.
sam.
02

Meilleurs voeux

Par Auguste Poncelet dans la catégorie Auguste Poncelet

1er janvier 1915
Chère mère,
je te souhaite une bonne année à toi et à Charles.
Nous n’avons pas été gâté par le nouvel an , et le temps est froid et les parapets sont gelés et nous aussi .

(suite…)

mer.
30

La nourriture

Par Georges dans la catégorie Georges

Mots clés:

Nous avons caché nos réserves dans notre cave. car les boches viennent prendre nos réserves. Il faut être très prudents.

 

Yves Congar (2)

mer.
23

Les allemands à Sedan

Par Georges dans la catégorie Georges

Mots clés:

Les soldats Allemands se sont installés à Sedan depuis quelques jours. Ils réclament : l’argent, la viande, les légumes, les chiffons et surtout le métal. Yves Congar (19)

ven.
18

Les soldats allemands arrivent

Par Georges dans la catégorie Georges

Mots clés:

La ville de Sedan est fermée depuis avant-hier.

Ce matin, j’ai dit à  maman: « les soldats allemands arrivent maman, il faut partir d’ici maintenant, sinon ils vont nous tuer. »

Elle m’a dit qu’ils ne nous tueront pas.

Yves Congar (12)

ven.
18

Les soldats allemands

Par Georges dans la catégorie Georges

Mots clés: ,

L’école est fermée parce que notre instituteur est parti à la guerre. Je suis rentré chez moi et une dame a prévenu ma mère qu’elle faisait une école chez elle.

L’école d’autrefois va me manquer.

Depuis hier, nous n’avons pas d’autorisation donc, nous n’avons plus le droit de sortir de Sedan. Comment nous allons faire? La dame du lait n’a déjà pas pu venir hier…

Ma mère n’arrête pas de penser à ça depuis que la nouvelle est arrivée .
Yves Congar (9)

jeu.
17

Sedan ville fermée

Par Georges dans la catégorie Georges

Mots clés:

Le vendredi 17 décembre 1914, pour avoir du lait, je m’étais adressé à une dame de Givonne.

Mais elle n’est pas venue. Maman m’a dit que c’est parce qu’elle n’avait plus le droit d’entrer à Sedan : les allemands ont tout fermé depuis hier. On ne peut ni entrer, ni sortir sans autorisation.Yves Congar (16)

mer.
16

16 décembre 1914

Par Georges dans la catégorie Georges

Mots clés:

16 décembre 1914:

Ce matin, j’étais à l’entrée de Sedan : personne ne circule et les allemands ont tout bloqué.
Ma soeur est choquée.
Elle me demande ce que font les Allemands.
Je lui réponds qu’ils surveillent les personnes qui rentrent à Sedan.
Les Allemands ont frappé à la porte cet après-midi.
Ils sont venus prendre de la nourriture et  des médicaments.
Nous n’avons plus grand chose, il faudra tout cacher pour la prochaine fois.
J’ai entendu ma mère pleurer dans sa chambre.
Je me demande si tout cela va s’arrêter un jour.
mer.
16

La ville fermée

Par Georges dans la catégorie Georges

Mots clés:

Encore une affiche vexante des Allemands : on n’a plus le droit de sortir de sa ville. Sinon, si on sort on aura 6 mois d’emprisonnement.Yves Congar (1)

lun.
02

Punitions et récompenses

Par Georges dans la catégorie Georges

Mots clés:

Avant la guerre, je me souviens, à l’école:

Un jour, j’avais fait un gros pâté sur ma feuille et j’espérais que le maitre ne l’ait pas vu…. Mais si! Il m’a crié dessus et il a dit « Cinquante lignes à copier tout de suite! ». Je suis parti au piquet avec le bonnet d’âne et après j’ai fait ma punition.

Quelque mois avant la guerre , j’avais eu des bonnes notes et j’ai eu des récompenses, des bons points et des images. Les images était belles.

L’école me manque, mes amis , mon maitre etc…

mer.
28

Du sang sur les draps

Par Georges dans la catégorie Georges

Mots clés:

Je suis passé devant la Meuse et j’ai vu des femmes qui nettoient les traces de sang sur les draps. Les traces de sang ne partent presque pas. C’est le sang des soldats. Les draps viennent de l’hôpital.Yves Congar (3)

mar.
22

Nourriture et chapardage

Par Auguste Poncelet dans la catégorie Auguste Poncelet

A Floing, le 22 septembre 1914
Cher Auguste,
à ma dernière sortie de prison, nous ne sommes plus allés en Belgique car c’était trop dangereux : ils nous tiraient dessus.
Les Allemands nous ont encore volés, les habitants de Floing souffrent de faim.

(suite…)

sam.
19

A la recherche de nourriture

Par Auguste Poncelet dans la catégorie Auguste Poncelet

A Floing, le 19 septembre 1914
Cher Auguste,
le pain manque, quant au lait, il est difficile d’en trouver.
Les Allemands ont pioché dans nos réserves et ont tout comsommé. Nous sommes obligés d’aller en rechercher à Alle,

(suite…)

mer.
02

Otages à Floing

Par Auguste Poncelet dans la catégorie Auguste Poncelet

A Floing, le 2 septembre 1914
                                                                 Bonsoir chère mère,
Je suis au front. Nous avons gagné du territoire : dix malheureux petits mètres pour … morts.
J’ai bien reçu ta lettre. Tu m’as informée que trois habitants ont été tués. Malheureusement Emile, notre cousin en fait parti. J’en suis navré. Que sont devenus les otages de la mairie ? Vont-ils brûler tout Floing ? Les Allemands, comment se comportent-ils avec vous ? Est ce que Charles va bien? Avez-vous à boire et à manger ?
Embrasse Charles et toi .
AugusteDSCN6186 DSCN6188 DSCN6187
lun.
31

Mon arrivée au 324e RI ; les Allemands à Floing

Par Auguste Poncelet dans la catégorie Auguste Poncelet

A Louvermont, le 31 août 1914
         Chère mère,
j’ai intégré le 324e régiment d’infanterie.

(suite…)

ven.
07

Annonce de mon départ à la guerre

Par Auguste Poncelet dans la catégorie Auguste Poncelet

A Floing, le 7 août 1914
Chère mère,
J’ai des nouvelles à vous annoncer. Je dois partir au front pour combattre notre pays la France.
Et voilà, je ne suis plus ton petit garçon.Aujourd’hui, je suis un véritable homme.

(suite…)

mar.
04

Ordre de mobilisation générale

Par Auguste Poncelet dans la catégorie Auguste Poncelet

1

jeu.
30

Je suis Georges

Par Georges dans la catégorie Georges

Je suis Georges. Aujourd’hui, j’ai fêté mon anniversaire : j’ai 10 ans. J’ai reçu un cadeau par ma maman : un journal intime et voici mes premiers mots.

Je suis donc né le 16 juin 1905 à Sedan et j’y habite toujours.

Mon père est parti à la guerre il y a quelques jours. Il se bat contre les Allemands.

Ma mère pleure souvent et je la console en lui disant qu’il est encore en vie. Nous attendons impatiemment son retour et surtout des lettres de lui pour nous rassurer. Avant de partir, il m’a donné une photo de nous trois. Je la garde précieusement près de moi.

Les allemands se sont installés à Sedan depuis plusieurs jours. Depuis le 25 août, Sedan est devenue allemande! C’est l’enfer, c’est injuste…

mar.
04

Bienvenue

Par THEYS Emmanuel dans la catégorie Les organisateurs

Bienvenue sur le site de la grande guerre.

Ici figurera bientôt la vie des différents personnages de l’époque. Tous les articles présents sur ce site seront rédigés et mis en ligne par les élèves.

L’ajout de commentaires permettra de créer des liens entre les différents personnages.